Jour de l’an et volontariat au plateau des Bolovens

Publié par le 21 juin 2016

 Après notre trip en scooter sur le plateau des Bolovens nous avions prévu d’aller faire du volontariat dans une plantation de café. Mais nous avons décidé de changer un peu nos plans, de repousser le début de notre volontariat de quelques jours afin de passer le jour de l’an à Tad Lo. Nous avons en effet eu un coup de cœur pour ce petit village paisible du plateau des Bolovens et encore plus pour les propriétaires de la Palaméi Guesthouse qui organisent une soirée avec leur famille et des amis pour fêter la nouvelle année. Ils nous ont gentiment proposé de la fêter avec eux, comment refuser? 

 

Jour de l’an à Tad Lo :

 

Nous voilà donc de retour au petit village de Tad Lo. Nous sommes encore un peu secoués par l’accident auquel nous avons assisté sur la route du retour mais l’ambiance festive des préparatifs prend le dessus! On met, nous aussi, les mains à la pate et aidons joyeusement à préparer la soirée : on installe le barbecue (sur lequel nous ferons griller le cochon fraichement tué), une bâche, des planches et de la paille qui feront office de table à manger à même le sol dans le champ derrière la guesthouse, on prépare le repas, et la décoration à base de ballons de baudruche!

 

Jour de l'an

 

Tout est prêt, la soirée peut commencer! Un jeu pour les enfants a été mis en place : un concours de nourriture! Les enfants doivent manger le plus rapidement possible un certain nombre de fruits, de gâteaux et de Coca! C’est assez particulier de voir ça, dans un pays si pauvre mais l’ambiance est vraiment bon enfant et on rigole bien, surtout à voir le petit glouton qui fini son assiette bien avant tout le monde et qui va piocher dans l’assiette des autres^^!

 

Jeu d'enfants

 

Pendant ce temps, le porc grille au barbecue, et quand c’est le moment de passer à table c’est un vrai régal!! On mange tous sur les paillasses que nous avons installé par terre, on discute, on rit, et on mange (surtout)! Il y a vraiment une chouette ambiance!

Une fois le repas terminé, on augmente le son de la musique et tout le monde se lève pour aller danser autour du feu! Les enfants (et les grands enfants comme Guigui) font une bataille de farine, une fille qui sait cracher du feu et jongler avec des torches enflammées nous fait une démo,… bref c’est vraiment une chouette soirée!

 

Fete du jour de l'an

 

Vers 23 heures, le proprio de la Guesthouse nous annonce que tout le monde va continuer la fête dans le temple du village. Dans le temple? On se demande si on a bien compris et quel genre de fête cela va être mais on suit tout le monde et nous nous rendons au temple! Et, contre toute attente, la fête bat son plein! Tout le village de Tad Lo a l’air de s’être donné rendez vous ici pour fêter la nouvelle année, la musique bat son plein, la bière Lao coule à flot, les gens dansent et rient! Ce n’est vraiment pas habituel pour nous de faire la fête dans un temple bouddhiste! On a même droit à un petit feu d’artifice après le décompte de minuit!

On finit la soirée en allant nous promener avec Damien et Lise jusqu’à la cascade qui est joliment éclairée la nuit. On bavarde et on s’amuse avec nos ombres avant de rentrer nous coucher! Car demain le travail nous attend dans une plantation de café du plateau des Bolovens!

 

Jeu des ombres

 

Volontariat dans une plantation de café :

 

C’est un peu la tête dans le pâté que l’on se réveille le lendemain matin! Mais on ne doit pas trainer car nous devons reprendre la route jusqu’à Pakse pour rendre notre scooter avant de reprendre à nouveau la route pour nous rendre à la plantation de café où plusieurs jours de volontariat nous attendent. Le principe du volontariat est d’offrir notre aide au travail quotidien en échange des repas et du logement.

 

Présentation de notre lieu de travail

La plantation de café est tenue par Sène et South, frère et sœur dont la plantation appartient à leur famille depuis plusieurs générations. Leur domaine est tout d’abord composé d’un magasin dans lequel les visiteurs peuvent acheter ou consommer du café et du thé.

 

Accueil plantation de café

 

A proximité du magasin, il y a un jardin botanique constitué de thé, de café, de cannelle, d’ananas, d’arbres de macadamia, d’avocatiers, de bananiers, de fruit de la passion, d’orchidées, de nombreux poivriers et j’en passe! Un sentier pédagogique a également été mis en place pour les visiteurs avec des panneaux explicatifs.

 

Circuit pédagogique

 

Derrière, s’étend sur 4 hectares la plantation de café qui est constituée d’arabica et de robusta.

Et puis, au bord de la plantation de café, derrière le magasin, se trouve la petite cabane dans laquelle nous vivons. Nous partageons la seule pièce de la cabane faisant office de chambre avec nos copains Damien et Lise.

 

Cabane au fond du jardin

 

Charlène et Mathieu, deux autres volontaires, dorment sur la terrasse dans leur tente de fortune faite à base de moustiquaire et Mélissa et Etienne, un autre couple de volontaires qui arriveront un peu plus tard, dormiront dans la maison de South et Sène.

 

Le travail que nous aurons accompli :

Tous les matins, à la première heure et avant le ptit dèj on s’active pour arroser le parking devant le magasin et le chemin de terre afin de limiter la poussière, on arrose les plantes du jardin botanique, on ratisse les feuilles et on étale les grains de café et les feuilles de thé pour le séchage au soleil.

Ensuite c’est l’heure du ptit dèj à base de sticky rice, bananes du jardin, confiture maison et de thé ou café!

 

Groupe de volontaires

 

Une fois le ptit dèj englouti on se remet au boulot! Nos tâches varient en fonction des jours mais voici, dans l’ensemble, le travail que nous auront accompli durant notre semaine ici :

Gros Très gros travail de désherbage de tout le jardin botanique afin de rendre le sentier pédagogique plus agréable pour les visiteurs, nous l’aurons même étendu jusqu’à la plantation de café en emménageant un chemin balisé! Une fois ce travail finit, nous n’étions pas peu fiers car ce fut un sacré boulot et le jardin botanique ainsi que son sentier pédagogique étaient vraiment méconnaissables!

– Nettoyage du parking devant le magasin.

– Brulage des mauvaises herbes, bah oui c’est bien beau de désherber mais après il faut bien se débarrasser des déchets!

– Gros travail de nettoyage autour de la cabane dans laquelle nous dormons : ramassage et triage des déchets (South avait débuté un travail de tris sélectif des déchets mais ce projet fut un peu laissé à l’abandon, les déchets étant éparpillés un peu partout autour de la cabane) et désherbage (encore et toujours^^).

– Visites guidées auprès des touristes venus visiter la plantation.

– Aide au magasin.

– Aide à la fabrication du café et du thé.

 

Volontaires au travail

 

Après ces grosses journées de travail, nous filons à la douche pour un bon décrassage et rejoignons South, Sène et Toui (la femme de Sène) à leur maison pour préparer le diner et manger tous ensemble! Durant ces repas nous aurons eu l’occasion de gouter à de drôles spécialités laotiennes comme les vers à soies ou les petites grenouilles qui se mangent entières (pas seulement les cuisses comme chez nous!).

 

Ce que nous aurons appris sur le café et le thé :

Si nous avons fait cette semaine de volontariat c’est aussi et surtout pour en apprendre un peu plus sur le fameux café du plateau de Bolovens! Voici donc un petit résumé de ce que nous aurons appris ici :

 

Le café :

Le plateau des Bolovens est vraiment propice à la plantation de café car il possède un sol fait de shiste et de grès ainsi que de conditions climatiques optimales : le plateau étant en hauteur (environ 1000 mètres d’altitude) le climat est plus frais et plus humide que le reste du pays.

Une Coopérative de Producteurs de Café a été créé (la CPC), elle regroupe 1855 familles productrices de café et permet d’exporter le café du plateau des Bolovens dans de nombreux pays comme la France, l’Italie, la Suisse, la Suède, l’Allemagne et la Nouvelle Zélande.

Deux variétés de café sont produites ici : le robusta et l’arabica.

L’arbre du robusta est plus grand que celui de l’arabica, allant jusqu’à 10 mètres de hauteur, et il peut vivre jusqu’à 20 ans. Les grains de café sont plus gros et le gout est plus fort. Il tient son nom de la robustesse et de la résistance de son arbre.

Concernant l’arabica, l’arbre est plus petit et vit jusqu’à 10 ans, les grains sont plus petits et plus longs et son gout est plus doux.

Le café est récolté lorsque les cerises (le fruit du caféier) sont rouges. Ici, il est récolté à la main ce qui représente un travail plus long mais cela permet de faire un premier tri des fruits.

Le fruit du café est constitué de deux noyaux entourés d’une partie charnue. Une fois le fruit récolté, il faut enlever la partie charnue et pour cela il existe 2 méthodes :

– la voie sèche qui consiste à laisser le fruit sécher au soleil pendant une vingtaine de jours.

– la voie humide dans laquelle on enlève la partie charnue avant de plonger les fruits dans l’eau pour trier les grains : ceux qui ne coulent pas mais restent à la surface de l’eau sont jetés car de moins bonne qualité. Une fois cela fait, ils sont également mis à sécher.

Après cela, un dernier tris est réalisé à la main pour éliminer impuretés et grains anormaux.

Ensuite, les grains de café sont amenés dans une usine qui s’occupe de la torréfaction.

 

Café

 

Le thé :

L’exploitation produisant aussi beaucoup de thé, cela nous aura donc permit d’en apprendre également un peu plus sur la fabrication du thé.

Il y a 5 types de thés : le blanc, le jaune, le vert, le rouge et le noir.

Contrairement à ce que l’on imaginait, les différents types de thés ne viennent pas d’une différence de variété de théiers mais d’une différence de procédé de fabrication du thé!

Pour faire le thé vert (le thé le plus amer et le plus concentré en théine) les feuilles de thé sont assouplies, roulées dans une machine afin de libérer les aromes et passées au four.

Pour faire le thé rouge, les feuilles sont mises à sécher à l’air libre durant une journée puis, le deuxième jour, elles sont passées au four durant 5 minutes, puis elles sont roulées avant d’être de nouveau passées au four durant environ 1h30 cette fois.

Pour le thé noir, les feuilles sont séchées et puis macérées dans des feuilles de bananiers.

Pour le thé jaune, les feuilles sont séchées dans des sacs.

Et concernant le thé blanc (le plus doux mais aussi le plus cher de tous) il s’agit de récupérer uniquement le bourgeon (et non les feuilles) et de le faire sécher.

 

Thé

Petit bilan sur cette première expérience de volontariat :

Cette petite semaine de volontariat durant notre séjour au Laos nous aura fait beaucoup de bien, car on avait vraiment besoin de nous poser un peu pour arrêter de courir et de troquer notre statut de touriste contre celui de volontaire afin de nous sentir utiles et de travailler un peu avec nos mains!!

Cela nous aura aussi permis de nous immerger dans la vie quotidienne d’une famille laotienne, de partager de bons repas avec eux, de découvrir de nouvelles spécialités culinaires et de mieux comprendre leur mode de vie.

On aura également beaucoup appris sur la fabrication du café et du thé dont on ne connaissait absolument rien avant!

Et on aura passer de très bons moments avec les autres volontaires tous aussi chouettes les uns que les autres!

 

Volontariat au plateau des Bolovens

 

Cependant, même si le bilan de ce premier volontariat est majoritairement positif et que l’on retentera volontiers l’expérience, il y a quelques points qui auront un peu noirci le tableau.

Nous avons en effet fourni un gros travail pour remettre en état le jardin botanique et le sentier pédagogique sans compter les heures en travaillant parfois presque 12h par jour alors qu’un volontaire, n’étant pas rémunéré, doit travailler environ 5 heures par jour. Cela ne nous a pas dérangé de faire beaucoup d’heure dans la journée, on était content de nous rendre utile mais nous n’avons pas particulièrement ressenti de reconnaissance de la part de South ce qui était un peu frustrant. Cependant, nous avons vite compris que South portait toutes les responsabilités de l’exploitation sur ses épaules et qu’elle était rongée par le stress, la pression et l’épuisement, et qu’au final ce manque de reconnaissance n’était pas vraiment volontaire. Et puis, nous avons également notre part de responsabilités car nous aurions pu faire le choix de travailler moins longtemps dans la journée et de nous accorder plus de temps de pause. Je pense que la politique de la maison était que les volontaires étaient libres de gérer leur temps de travail et nous l’avons probablement mal fait.

 

Sur ce, cette semaine de volontariat sur le plateau des Bolovens fut une très chouette expérience, et, entre le trip en scooter, le nouvel an à Tad Lo et le volontariat nous garderons un très bon souvenir de cette région du Laos!

 

gallery wordpress plugin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *