Un passage de frontière corsé et un peu de repos aux 4000 îles

Publié par le 29 avril 2016

Et voilà, après plusieurs jours au cœur des temples d’Angkor, nous reprenons la route pour retourner au Laos afin de découvrir le sud de ce pays que nous n’avions pas eu le temps de faire avant de rejoindre mes parents au Cambodge. Mais avant ça, une ultime aventure cambodgienne nous attend : le passage de la frontière Cambodge-Laos! Et oui, ça peut être une sacrée aventure quand, par principes, tu décides de ne pas participer à la corruption! Heureusement, après ça nous nous rendions aux 4000 îles, un endroit parfait pour se remettre de toutes ces émotions!

 

Le passage de la frontière Cambodge-Laos :

 

Mais que se passe t’il à cette frontière?

Plusieurs frontières en Asie du sud est sont connues pour les nombreuses tentatives de corruption de la part des douaniers et l’unique poste frontière entre le Laos et le Cambodge est particulièrement connu pour ça! En effet, pour avoir passés à 2 reprises cette frontière (on aime bien les difficultés^^) on vous affirme que les douaniers sont prêts à inventer tout et n’importe quoi pour se remplir les poches illégalement. Sachez, si vous devez un jour aller au Laos, que pour les français, le prix du visas est de 30$, pas plus! Si on vous demande de payer pour les tampons, parce que c’est le week end ou plus de 16h, parce que c’est un jour férié ou je ne sais quoi d’autre, c’est un gros mensonge! Nous nous sommes bien renseignés sur le prix du visas laotien et il est absolument illégal de nous obliger à payer plus de 30$.

 

Say no to corruption

 

Notre passage de frontière sans participer à la corruption :

Nous voilà donc à Stung Treng (la ville cambodgienne la plus proche de la frontière) dans un bus à destination des 4000 îles (au Laos) motivés à bloc pour ne pas payer un seul centime de corruption! … bon en vrai on ne faisait pas trop trop les malins mais on était bien décidés à ne pas se laisser faire.

On roule environ 1 heure avant d’arriver à proximité de la frontière… et c’est là que l’aventure commence! Alors que l’on aperçoit le bâtiment de la frontière le bus tourne et s’engage dans une petite route sur la gauche et s’arrête. Tiens? Un gars bien habillé monte dans le bus et explique à tout le monde qu’il nous faut descendre, que c’est ici que l’on va remplir les formulaires de demande de visas et qu’ensuite il s’occupera de tout. Mais bien sur! Ca sent le traquenard à plein nez! Guillaume regarde rapidement sur maps.me (application faisant GPS sur le téléphone), nous ne sommes qu’à 600 mètres du poste frontière. Parfait! Alors que tout le monde s’affaire à remplir les formulaires nous allons chercher nos sacs à dos dans la soute du bus pour nous rendre au poste frontière nous même. Un gars essaie de nous en dissuader en nous disant que c’est loin, mais on y arrive en moins de 5 minutes^^! Tant pis si le bus ne nous attend pas, nous avons nos sacs avec nous on se débrouillera pour trouver un autre moyen pour aller aux 4000 îles.

On arrive tout d’abord au poste frontière cambodgien où l’on donne notre passeport au douanier afin qu’il nous mette le tampon de sortie du pays. Comme on si attendait, il nous dit que le tampon coûte 2$. On lui répond gentiment que non, que nous nous sommes renseignés avant de venir et que les tampons sont habituellement gratuits. Il insiste pendant 10 petites minutes puis nous rend finalement nos passeports. Tiens? On regarde si les tampons ont bien été mis mais oui ils sont là! Bah dit dont, on s’était préparé à devoir négocier plus que ça! On est presque déçu^^ …c’est une blague hein! On était grave soulagés que la première étape se soit bien passée!

Et oui, parce que ce n’est que la première étape! Ensuite il nous faut traverser un genre de No Man’s Land pour arriver jusqu’au poste frontière laotien et on nous avait bien mis en garde sur les pseudos infirmiers qui t’interpellent ici pour te prendre la température pour, d’après eux, éviter la propagation de maladies entre les deux pays. La vrai raison c’est qu’ils te font payer 1$ la prise de température! Mais quand nous sommes passés nous n’avons vu aucun infirmier! Bah dit dont c’est trop facile en fait!!…Non, en fait non, le plus dur reste à venir!

Nous arrivons maintenant au poste frontière laotien là où nous devons faire nos visas pour le Laos. On remplit consciencieusement le formulaire de demande de visas et le donnons à la dame du premier guichet avec notre passeport, notre photo d’identité et 30$ dollars tout rond (le prix exact du visas laotien). La dame nous réclame 1$ de plus par personne pour les frais de dossiers. On lui répond que nous n’avons pas à payer de frais de dossier et que nous avons seulement 30$. Etonnamment, elle n’insiste pas trop et nous dit de passer au guichet suivant là où le douanier doit nous rendre notre passeport contenant le visa laotien.

On s’avance, lançons un aimable “Sabaidee” (bonjour en laotien) au douanier qui ne nous répond pas. Nous comprenons tout de suite que nous avons à faire à une porte de prison… et ce n’est pas un euphémisme! On retente un petit “Sabaidee” plus timide cette fois mais en guise de réponse Mr Porte De Prison nous lance : “2$ par personne pour les frais de tampons”! Pas un sourire. Pas un “s’il vous plait”. On lui sert donc notre couplet habituel sur le fait que nous n’avons pas à payer plus de 30$ et que, de toute façon, nous n’avons pas plus de 30$ sur nous. Il nous demande comment nous allons faire ce soir pour manger et dormir, on lui répond que l’on trouvera un distributeur de billets dans la ville la plus proche. Mais il nous fait clairement comprendre que nous n’aurons pas nos passeports tant que nous ne paierons pas les 2$. On lui dit que nous ne sommes pas pressés et que nous pouvons attendre.

On s’assoie donc et c’est là que nous rencontrons Marie Laure, une française qui voyage plusieurs mois en Asie et qui, comme nous, ne veut pas participer à la corruption. Cool, on va pouvoir se serrer les coudes! On décide donc de patienter ensemble. Toutes les 10 minutes l’un de nous vas toquer à la vitre du guichet et sort son plus beau sourire pour réclamer nos passeports au douanier qui, bien évidement, refuse de nous les donner. On continue ce petit rituel pendant un bon moment, Mr Porte De Prison va bien finir par craquer! Mais non, il nous répond sans cesse “NO!!” accompagné d’un “no two dollars, no passeport” avec parfois une petite phrase en laotien que l’on ne comprend pas. Mais ça n’as pas l’air très gentil!

On ne se laisse pas démonter, et, pour bien lui faire comprendre que nous sommes décidés à attendre le temps qu’il faudra mais que nous ne paierons pas les 2$, nous commençons une partie de cartes. Alors que je distribue les cartes je vois le douanier qui, à travers la vitre, me fait un signe pas gentil du tout (il passe son index en travers de sa gorge). Je le dis à Guillaume qui se lève et va lui demander où est le problème! Mr Porte De Prison s’énerve et demande à Guillaume ce que l’on fabrique. Guigui garde son calme et lui répond gentiment que nous jouons simplement au Jungle Speed. Je ne peux m’empêcher de glousser en voyant le tête du douanier lorsque Guigui commence à lui expliquer les règles du jeu. Le douanier s’éloigne, exaspéré, et nous continuons notre partie.

Pendant notre partie de carte on voit le gars de notre bus arriver avec tous les passeports des autres passagers à la main. Je suis curieuse de savoir combien il leur a demandé en plus des 30$.

On continue notre partie de carte sans oublier d’aller, toutes les 10 minutes, réclamer nos passeports. Le douanier est de plus en plus furax. Je commence à me demander jusqu’où cette histoire va aller quand Mr Porte De Prison nous appelle. Ah? On s’avance tous les trois au guichet et… il nous rend nos passeports!! On reste méfiants et on vérifie si ils contiennent bien le visa mais oui ils sont bien là! Alléluia!!!!

Nous sommes trop fiers! Nous serons restés deux heures à la frontière mais nous avons réussi à obtenir nos visas laotiens sans payer un seul centime de corruption malgré les intimidations du douanier! Et le plus drôle dans tout ça, c’est que nous avons même eu à attendre notre bus alors qu’on pensait qu’il partirait sans nous. Comme quoi, ça ne vas pas plus vite quand on paie sans se poser de question!

 

Passeport avec visa laotien

 

En montant dans le bus, je demande à deux filles combien leur à couté le visa, elles me répondent 42$… punaise!! J’en reste bouche bée. C’est révoltant!

 

Mais pourquoi en faire toute une histoire pour quelques dollars?

Oui c’est vrai qu’au final pourquoi en faire tout un plat alors qu’on aurait pu passer la frontière tranquillement en payant seulement quelques dollars de plus? Tout simplement parce qu’on ne souhaite pas entretenir ce système de bakchich. Je me souviens d’une discussion que nous avions eu à ce sujet avec un groupe de voyageurs français, la plupart nous ont pris pour de gros radins en nous balançant que “5$ dollars pour nous ce n’est rien, alors que pour eux c’est énorme”! A les écouter on aurait presque cru qu’ils avaient fait une bonne action. On était vert! Dans un pays où le salaire mensuel moyen est de 100€ (pour le Laos, c’est encore moins pour le Cambodge) les douaniers font partis de ceux qui sont les mieux payés et en plus de ça ils abusent de leur pouvoir et se font une belle marge avec l’argent de la corruption. Imaginez, si chaque touriste paie 5$ de plus (en admettant qu’ils ne payent que 5$, car ceux qui étaient dans notre bus ont payé 12$) que les douaniers mettent directement dans leur poche et qu’il y a une centaine de touristes qui passent la frontière chaque jour. C’est tout simplement énorme!

Alors, oui, c’est vrai, ce n’est pas parce nous, petits êtres insignifiants^^, n’avons pas payé que ça va régler entièrement le problème de la corruption, mais au moins nous ne nous rendons pas complices de ça!

 

Nos quelques conseils si, vous aussi, vous ne voulez pas participer à la corruption :

– Tout d’abord, si vous pouvez éviter de prendre un trajet de bus qui vous emmène directement à la prochaine ville après la frontière (Strung Treng au Cambodge ou les 4000 îles au Laos) mais de plutôt réserver un trajet jusqu’à la frontière. Car les douaniers et les chauffeurs de bus (qui sont souvent de mèche avec les douaniers) peuvent vous mettre la pression en vous disant que le bus vas partir sans vous! Dans notre cas, en venant de Strung Treng, nous n’avons pas trouvé de bus qui nous menait seulement à la frontière, du coup nous avons bien veillé à prendre nos sacs à dos avec nous durant le passage de frontière pour pas que le bus parte avec!

– Si vous arrivez à prendre un bus qui vous dépose seulement à la frontière, veillez à ne pas arriver sur place en fin de journée car il n’y aura plus beaucoup de bus de l’autre côté de la frontière pour vous amener jusqu’à la ville la plus proche. Je dois vous avouer que nous étions quand même sacrément soulagés que notre bus ait mis autant de temps que nous pour passer la frontière car, vu l’heure tardive, il n’y avait plus un chat et on commençait sérieusement à envisager de passer une nuit à la belle étoile!

– Sortez seulement 30$ (le prix du visa), planquez le reste de votre argent et dites que vous avez seulement 30$. Ils ne pourront pas vous demander d’aller retirer, la frontière se trouve au beau milieu de nulle par, la prochaine ville est à bien 1h de route d’ici.

– Veillez à avoir une photo d’identité avec vous, elle est nécessaire pour faire le visa et si vous ne l’avez pas vous aurez à payer un surplus. 

– Gardez votre calme, ne vous énervez pas, restez polis et montrez leur que vous avez tout votre temps en, par exemple, jouant aux cartes 😉 .

Un repos bien mérité aux 4000 îles :

 

Après cette petite victoire, nous étions bien contents d’arriver aux 4000 îles le lieu idéal pour nous remettre de nos émotions.

Les 4000 îles, késako?

Le district de Siphandone (ce qui veut dire 4000 îles en laotien) se situe à l’extrême sud du Laos, là où le fil du Mékong se casse subitement en une multitude de petits brins pour s’entortiller autour d’une myriade de petites îles (4000 si l’on en croit le nom).

Bon, son nom indique qu’il y a 4000 îles mais beaucoup sont de simples petits rochers qui sortent de l’eau, alors qu’on se le dise, il n’y a réellement que 3 grandes îles sur lesquelles nous pouvons séjourner : Don Khong, Don Det et Don Khône. Don Khong est la plus grande et la plus paisible mais aussi celle où il y a, parait il, le moins de chose à y faire. Don Det est la plus bondée et la plus connue des voyageurs voulant faire la fête. On avait besoin de repos et un peu peur d’y trouver l’ambiance de Vang Vieng que nous avons évité, donc c’est sur Don Khône que nous nous sommes orientés car réputée plus tranquille que Don Det et c’est sur celle ci que se trouvent tous les sites à voir.

 

Que faire sur Don Khône :

Tout d’abord, la farniente!!! Quoi de mieux, après un passage de frontière corsé que de passer nos après-midi à se prélasser dans son hamac sur la terrasse de son bungalow donnant sur le Mékong! Un pur bonheur! Concernant les bungalows, je ne me souviens plus du nom de la guesthouse dans laquelle nous avons trouvé le notre. Mais il est vraiment facile de se trouver un petit bungalow avec terrasse donnant sur la rivière pour pas cher!

 

4000 iles

 

Ensuite, se faire des bonnes bouffes dans les nombreux petits restos de l’île! Là aussi je ne me souviens plus des noms, nous en avons testé plusieurs, mais vous trouverez assurément votre bonheur!

 

Repas au 4000 iles

 

Louer un vélo pour aller voir les chutes de Khon Pa Sai (à l’est) et celles de Li phi (à la pointe sud-est de l’île) avant de trouver un coin tranquille pour une petite baignade dans le Mékong.

 

Cascades de Khon Pa Sai et de Li phi

 

Admirer le coucher de soleil sur le Mékong!

 

Coucher de soleil sur le Mékong

 

Nous avons eu la chance d’être à Don Khône au moment de la fête foraine! Durant une soirée le village était super animé, il y avait un concert, des petits manèges artisanaux (un gars devait tirer pour le faire tourner^^), pleins de petits stands de nourriture, des stands de tirs,… Bref se fut vraiment chouette de participer à ce moment festif avec les habitants de l’île!

 

Fete foraine à Don Khone

 

Les 4000 îles sont également connues pour les dauphins d’eau douce, appelés aussi dauphins d’Irrawaddy. Cette espèce de dauphin vivant dans le Mékong est extrêmement menacée avec plus qu’une dizaine de spécimens sur la planète! Il est possible d’aller les observer en pirogue, mais il est conseillé d’y aller avant 9h ou après 16h car ils se montrent peu aux heures chaudes.

 

Comment venir sur Don Khône :

Nous sommes arrivés de Stung Treng au Cambodge mais il y a de très nombreux bus depuis Pakse également. Une fois arrivé au village de Ban Nakasang, vous devrez prendre une pirogue pour accéder aux îles. Pour aller sur Don Det c’est 15 000 kips (environ 1€60) et sur Don Khône c’est 30 000 kips (environ 3€20). Attention si, comme nous, vous arrivez à la tombée de la nuit il n’y a plus de pirogue pour aller à Don Khône et le prix de la pirogue pour Don Det passe à 30 000 kips. Du coup nous avons passé une nuit sur Don Det avant de nous rendre à pied à Don Khône le lendemain matin (un pond relie les deux îles).

Avertissement : faites attention si vous achetez des billets combinés incluant le trajet en bus jusqu’à Ban Nakasang et la traversée en bateau, quelques arnaques sévissent! Des filles qui étaient dans le même bus que nous et qui avaient pourtant payé le trajet en bus et la traversée en bateau ont été obligées de repayer pour la traversée de bateau! Elles étaient furieuses.

 

Voilà, vous savez tout sur la façon dont on s’y est pris pour ne pas participer à la corruption à la frontière entre le Cambodge et le Laos! Comme quoi, avec un peu de volonté, rien est impossible 🙂 . Et le petit séjour aux 4000 îles après ce passage de frontière un peu corsé fut une excellente idée!

 

gallery wordpress plugin

Cet article a 2 commentaires

  1. Et bien que d’aventures ! Bien joué pour la résistance au poste frontière, on a adoré l’anecdote du Jungle Speed 😀 Pour notre part on a été chanceux lors du passage de la frontière Thaïlande/Laos, absolument aucune arnaque à signaler… Pourtant comme vous on s’était préparés au pire.
    Bonne poursuite de vadrouille !

    Répondre
    • Merci^^ mais j’avoue que sur le moment on ne faisait pas trop trop les fiers^^ surtout quand le douanier a passé son doigt en travers de sa gorge! Oui la frontière Thaïlande/Laos se passe très facilement! Nous, nous l’avons franchie au niveau de Thakhek, on y allait un peu à reculons au vu de notre expérience avec celle du Cambodge mais tout c’est très bien passé! Nous sommes même tombé sur un douanier super sympas avec qui nous avons bien rigolé! Ca nous a vraiment changé de la frontière précédente^^!
      Bonne continuation à vous deux!!

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *